La première visite

2010 February 6
by Ely

Lors de notre première visite dans une clinique d’infertilité à Montréal, nous nous attendions à une super clinique. Le genre d’endroit où l’on paye donc où l’on n’attend pas. Première découverte… partout où il y a un médecin, on attend. Deuxième découverte, une clinique privée en fertilité c’est aussi une industrie. Une industrie où l’on vend la promesse d’un bébé.

Après plusieurs minutes d’attente, nous rencontrons un premier médecin. Gentil et courtois, il prend le temps de nous écouter, pose des questions pertinentes. Il va ensuite rendre compte au grand spécialiste qui revient quelques instants plus tard nous rencontrer. Sans d’abord prendre le temps de s’asseoir ni de nous serrer la main (peur du H1N1 ?), il en vient directement au fait. En s’adressant d’abord à moi: -Pour votre part, je crois que vous avez des ovaires polykystiques, une échographie le confirmera. Puis s’adressant à mon conjoint : -Enfin avec un spermogramme comme celui-ci, dit-il en tenant la feuille de résultat, je recommande une fécondation In-vitro avec micro-injection. Puis voyant qu’on ne réagissait pas… -Vous avez déjà pensé à la fécondation in vitro ? !

Euh… Ben on venait plus ici pour trouver ce qui n’allait pas… en fait on ne pensait juste pas être rendu là… Dans ma tête défile une série de question, puis quelques secondes plus tard nousvoilà de retour dans la salle d’attente, pour attendre cette fois de rencontrer l’infirmière qui comme l’explique le médecin devrait nous expliquer comment procéder pour les divers examens à passer.

L’infirmière nous reçoit dans son bureau, nous donne les papiers de prescriptions. Elle semble assez peu informée sur les examens et se contente de nous distribuer les papiers.

Sur la route de retour, on discute de notre rencontre. Sous le choc, un peu déçu de la tournure des évènements. On a cependant l’impression d’agir en ayant des examens à passer. Enfin un dernier spermogramme devra confirmer ou infirmer le diagnostic de l’éminent médecin.

Vivre les moteurs de recherche qui me permettront d’aprofondir le sujet des ovaires polykystiques, eux au moins ils ont des réponses !
Ély

Montée de lait !

2010 January 26
by Ely

Il y a des jours où je n’y pense pas et d’autre où je ne pense qu’à ça. Il faut dire que je travaille dans un milieu à majorité féminine et la plupart de mes collègues sont dans la vingtaine et trentaine. Donc des grossesses, il y en a beaucoup ainsi que des mamans qui parlent de leurs bébés et enfants. Donc dur de penser à autre chose… C’est la normale de la vie d’avoir des enfants. C’est une bonne nouvelle, la plupart du temps. Par contre, les femmes qui ont des difficultés à tomber enceinte ou les futurs papa sauront ce que je veux dire, l’annonce d’une nouvelle grossesse autour de soi, ou même la vue d’un petit bébé n’est pas toujours facile.

Parfois, je pense que la vie doit simplement se poursuivre et que tous mes efforts sont vains. D’autres fois, je suis super positive me disant qu’on est proche du but… Mais au fond, je n’en sais rien. On peut planifier pleins de projets dans notre vie, mais même lorsqu’on est prêt, avoir un enfant on ne peut pas planifier quand ça se produira.

Parfois, je suis enragée de savoir que j’aurai peut-être à dépenser 20000$ pour «essayer» de faire un bébé. Alors que je suis une personne qui a besoin de sécurité financière et que j’économisais pour pouvoir acheter ce que ça prend et pour le manque à gagner du salaire de la première année…

Enfin, on verra ! Faut demeurer positive. On a bien le droit d’avoir de petites montées de lait à défaut d’en avoir des vraies ! Ély

La logistique…

2010 January 21
by Ely

Après avoir essayé les hormones seulement, ma gynécologue me proposa les inséminations artificielles. Après réflexions, nous avons décidé d’entreprendre cette nouvelle aventure.

.. Oui, une vraie aventure… D’abord, parce que tel que je l’ai mentionné dans mon post précédent, j’avais choisi une gynécologue de ma région, mais qui pratiquait dans un hôpital à une heure de chez moi.

Lorsque je me suis informée de comment fonctionnait l’insémination.  La dame me dit: -Vous devez apporter le sperme de votre conjoint moins de trente minutes après le prélèvement et vous aurez l’insémination 2 heures plus tard. Et moi de répondre : Vous avez une pièce pour le… prélèvement ? Évidemment non… Dans le système public les salles se font rare d’avance… donc une salle avec de petits magazines érotiques…

On avait donc un petit problème de… logistique ! Dépôt du sperme en dedans de 30 minutes, mais je demeure à 1h et je ne connais pas personne dans les environs… Je peux vous dire qu’on a envisagé tous les scénarios… les toilettes de l’hôpital, la banquette arrière du véhicule (à -5 degré en novembre à 8h le matin???) Il faut dire aussi que les conditions de stress n’améliorent en rien un spermogramme !

Finalement nous nous sommes tournés vers les motels pas trop cher ! C’était assez comique d’aller dormir dans une ville pas vraiment touristique pour faire un prélèvement qui prend quelques minutes. On s’était préparé;  la veille trajet du motel vers l’hôpital, minutage de la distance avec les feux de circulation…

Nous voici donc le lendemain à 8h avec le précieux prélèvement en route vers l’hôpital. Mon chum me laisse devant l’hôpital… pas le temps pour un stationnement ! Je marche très rapidement vers l’hôpital, mais toujours avec le prélèvement sous le bras… Évidemment, à l’intérieur, c’est mal indiqué et je vois mes précieuses minutes s’envoler… Essoufflée, mais pile à l’heure, j’arrive au secrétariat du laboratoire. Elle m’enregistre, me fait payer et met enfin mon contenant au chaud !

Deux heures plus tard, je suis de retour, je fais sortir mon dossier. -Oui vous êtes ici pour ? -Euh, pour voir la gynécologue -Ah je ne vous voie pas dans ma liste de rendez-vous ? -Euh c’est pour une insémination, dis-je à voix basse… -Ah une insémination !!! (Je crois bien que tout le passage l’a entendue…) -Fallait le dire !  Finalement,  nous nous retrouvons dans la salle du médecin qui procède.  Encore une fois un petit pincement et une crampe pendant la procédure, mais sinon ce n’est pas trop douloureux.  Un petit 15 minutes couchée, puis nous retournions à la maison espérant être en train de fabriquer ce petit bébé dont nous rêvions tant.

Tout est une question de logistique de transport ! 😉

Ély !

L’infertilité???…

2010 January 20
by Ely

L’infertilité est définie au Québec comme étant l’absence de conception suite à une (1) année de relations sexuelles régulières non protégées. Pour ma part, nous avons débuté les essais en octobre et dès mars avec ma prise de température, je savais que mon ovulation se produisait tard… seulement le 18e jour de mon cycle et quelques jours à peine après, je débutais à spotter. Chaque fois c’étais la même déception… mais je me disais courage normalement une femme conçoit un bébé en une année… pas facile de rester zen quand toutes les filles autour de toi «tombent» enceinte comme des chattes !!!

J’ai quand même été référée vers une gynécologue. Je l’ai choisie un peu loin de chez moi, car les gynéco de la ville près de chez moi avaient de très longues listes d’attente. Heureusement ma gynécologue m’a prise au sérieux lorsqu’elle a vu mes courbes de températures et la recherche que j’avais faite sur les phases du cycle mentruel normal. Un petit truc en passant, les courbes de température sont très utiles malgré le fait qu’elles soient parfois assez emmerdante à faire… on doit prendre la température chaque jour à la même heure même les fins de semaines et la prendre avant même de bouger le petit orteil… sinon celle-ci n’est pas fiable.

http://www.politicoblogue.com/wp-content/uploads/2009/05/thermometre.jpg

Nous avons donc par la suite débuté quelques tests de fertilité. Pour moi une hystérosalpingographie qui s’est avérée normale. Il s’agit d’un examen radiologique fait en injectant un produit iodé par le col afin de vérifier si les trompes sont bien perméables. L’examen n’est pas vraiment douloureux on ressent une petite crampe à l’insertion du cathéter seulement. Le lendemain de cet examen j’ai eu des pertes épaisses un peu comme de la craie… Ce serait le produit de contraste qui sort. Je vous le dis parce que moi je suis restée très surprise!

Pour mon chum il y a eu le super spermogramme ! Demeurant à 25 min de l’hopital, je dois avouer que l’exercice n’est pas évident. Comme je ne voulais pas que l’Homme manque du travail je lui ai proposé d’aller porter moi-même l’échantillon. On devrait avoir l’option d’être précédée par une voiture de police au gyrophare allumé quand on transporte ce précieux liquide. Il faut comprendre qu’entre le moment du prélèvement et le dépôt à l’hopital auprès de la petite secrétaire, il ne doit pas avoir eu plus de 60 min. Le prélèvement doit surtout demeurer au chaud (donc sous le bras) surtout en hiver ! C’est tout ce qu’il y a de plus naturel attendre derrière plein de gens avec ta bombe sous le bras et ton manteau sur le dos et à l’appel du nom de ton chum t’avancer timidement… La secrétaire demandant très fort… c’est pour ??? Ben le spermogramme… Ah ok !

Les résultats nous ont été communiqués par mon médecin de famille, la quantité était normale, mais la mobilité diminuée. Elle nous a donc envoyé vers un urologue car elle n’y connaissait pas grand chose.

L’urologue à conseillé un deuxième spermogramme en août car ceux-ci peuvent varier un peu. Or, surprise ! Le spermogramme était tout à fait différent ! Quantité diminuée mais mobilité tout à fait normale ! Et ma gynéco qui me demande -C’est le même gars ? -…

Vu que le bébé se faisait toujours attendre ma gynéco a donc commencé à me parler d’insimination en plus d’ajouter du sérophene un médicament qui permet de provoquer l’ovulation et qui devrait allonger ma phase luthéale, la deuxième phase du cylcle !

Devrait car ça n’a pas vraiment fonctionné. Demain, je vous raconterai notre aventure des insiminations…

Bonne journée ! Ély

Bienvenue sur mon blogue !

2010 January 19
by Ely

Bonjour… il y a maintenant plusieurs mois, mon amoureux et moi avons décidé d’entreprendre une belle aventure soit celle d’avoir une famille. Nous ne nous attendions pas cependant à un parcours parsemé d’autant de difficultés…

En effet, je me souviens enfant de m’être toujours imaginée fin vingtaine avec deux enfants; une fille et un garçon. Jamais je n’aurais pensé que faire mes bébés allait être si complexe… Chaque femme sait que vivre des menstruations n’est pas une partie de plaisir, nous en prenons cependant notre partie sachant que ça nous permettra un jour d’avoir un petit bébé qui grandira bien au chaud dans notre ventre.

Pour ma part, après avoir trouvé l’Homme, après avoir vécu notre vie de couple, après avoir choisi notre nid d’amour, nous avons finalement décidé de commencer à «s’essayer». N’étant pas sur le même horaire de travail, j’avais décidé de prendre ma température afin de mieux cibler mon ovulation. Quelques mois plus tard, après des recherches sur internet, je voyais bien que mon cycle ne suivait pas tout à fait le cycle normal. Je suis donc allée consulter mon médecin de famille, puis une gynécologue pour finalement se retrouver en clinique de fertilité. Dans notre cas, le problème de fertilité est un problème commun.  À 28 et 30 ans, je ne suspectais jamais que ce soit possible…

Depuis quelques années, je tiens un journal intime dans lequel je raconte mes journées, mes émotions… Évidemment depuis qu’on a débuté les essais de bébé, plusieurs de mes commentaires tournent autour de ce sujet. Chaque mois m’apportant déceptions par dessus déceptions, le besoin de me confier augmentait. Je me suis donc inscrite à de nombreux forums qui m’ont permis de partager ces difficiles moments avec d’autres femmes ayant aussi de la difficulté à concevoir un petit bébé. 

Mon chum sachant que j’écrivais mon journal ainsi que dans certains forums, m’amena un jour l’idée de faire un blogue sur le sujet.  -Un blogue, mais pourquoi ? lui demandai-je… L’idée a sournoisement fait son chemin dans ma tête… Un blogue où je pourrais confier ce qui se passe dans ma vie et où je pourrais peut-être aider quelqu’un d’autre… 

 Alors me voici, sans aucune autre prétention que celle de vous confier ma grande aventure pour devenir une maman… J’essayerai de venir chaque jour vous confier quelques bribes de ma vie  et je vous invite à me raconter aussi vos histoires ou à laisser vos commentaires.

Bienvenue sur maman à tout prix !

Ély!