L’infertilité???…

2010 January 20
by Ely

L’infertilité est définie au Québec comme étant l’absence de conception suite à une (1) année de relations sexuelles régulières non protégées. Pour ma part, nous avons débuté les essais en octobre et dès mars avec ma prise de température, je savais que mon ovulation se produisait tard… seulement le 18e jour de mon cycle et quelques jours à peine après, je débutais à spotter. Chaque fois c’étais la même déception… mais je me disais courage normalement une femme conçoit un bébé en une année… pas facile de rester zen quand toutes les filles autour de toi «tombent» enceinte comme des chattes !!!

J’ai quand même été référée vers une gynécologue. Je l’ai choisie un peu loin de chez moi, car les gynéco de la ville près de chez moi avaient de très longues listes d’attente. Heureusement ma gynécologue m’a prise au sérieux lorsqu’elle a vu mes courbes de températures et la recherche que j’avais faite sur les phases du cycle mentruel normal. Un petit truc en passant, les courbes de température sont très utiles malgré le fait qu’elles soient parfois assez emmerdante à faire… on doit prendre la température chaque jour à la même heure même les fins de semaines et la prendre avant même de bouger le petit orteil… sinon celle-ci n’est pas fiable.

http://www.politicoblogue.com/wp-content/uploads/2009/05/thermometre.jpg

Nous avons donc par la suite débuté quelques tests de fertilité. Pour moi une hystérosalpingographie qui s’est avérée normale. Il s’agit d’un examen radiologique fait en injectant un produit iodé par le col afin de vérifier si les trompes sont bien perméables. L’examen n’est pas vraiment douloureux on ressent une petite crampe à l’insertion du cathéter seulement. Le lendemain de cet examen j’ai eu des pertes épaisses un peu comme de la craie… Ce serait le produit de contraste qui sort. Je vous le dis parce que moi je suis restée très surprise!

Pour mon chum il y a eu le super spermogramme ! Demeurant à 25 min de l’hopital, je dois avouer que l’exercice n’est pas évident. Comme je ne voulais pas que l’Homme manque du travail je lui ai proposé d’aller porter moi-même l’échantillon. On devrait avoir l’option d’être précédée par une voiture de police au gyrophare allumé quand on transporte ce précieux liquide. Il faut comprendre qu’entre le moment du prélèvement et le dépôt à l’hopital auprès de la petite secrétaire, il ne doit pas avoir eu plus de 60 min. Le prélèvement doit surtout demeurer au chaud (donc sous le bras) surtout en hiver ! C’est tout ce qu’il y a de plus naturel attendre derrière plein de gens avec ta bombe sous le bras et ton manteau sur le dos et à l’appel du nom de ton chum t’avancer timidement… La secrétaire demandant très fort… c’est pour ??? Ben le spermogramme… Ah ok !

Les résultats nous ont été communiqués par mon médecin de famille, la quantité était normale, mais la mobilité diminuée. Elle nous a donc envoyé vers un urologue car elle n’y connaissait pas grand chose.

L’urologue à conseillé un deuxième spermogramme en août car ceux-ci peuvent varier un peu. Or, surprise ! Le spermogramme était tout à fait différent ! Quantité diminuée mais mobilité tout à fait normale ! Et ma gynéco qui me demande -C’est le même gars ? -…

Vu que le bébé se faisait toujours attendre ma gynéco a donc commencé à me parler d’insimination en plus d’ajouter du sérophene un médicament qui permet de provoquer l’ovulation et qui devrait allonger ma phase luthéale, la deuxième phase du cylcle !

Devrait car ça n’a pas vraiment fonctionné. Demain, je vous raconterai notre aventure des insiminations…

Bonne journée ! Ély

No comments yet

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.